Le lobbying interne

  Il y a deux sortes de lobbying: le lobbying interne et le lobbying externe.

Lobbying interne: lobbying direct par des contacts avec les interlocuteurs à influencer (gouvernement, parlementaires etc).

 Lobbying externe: ce type de lobbying comprend une gamme très large de stratégies utilisant des relais d'opinion pour faire pression sur les pouvoirs publics.

Dans cette partie nous ne traiterons que du lobby interne, le lobby externe sera traité à la page suivante.

Contacts avec des Parlementaires:  

 Le lobby du tabac crée des contacts au sein des parlementaires et parfois même avec des membres du gouvernement.Prenons l’exemple du Club des Parlementaires Amateurs de Havane qui organise des dîners où de nombreux parlementaires et membres du gouvernement sont présents. De nombreux lobbyistes sont présents à ces dîners pour véhiculer des idées pro-tabac. Par exemple le 29 novembre 2006, pour réagir à l’interdiction de fumer dans les lieux publics, le CPAH et la BAT ont organisé un dîner où de nombreux parlementaires étaient présents pour essayer de les faire changer d’avis sur la question et en leur faisant des promesses pour les prochaines élections ou en leur offrant des cadeaux.Yves Trévilly, porte-parole en France de British American Tobacco (BAT) depuis 2005 et lobbyiste, fournit des arguments aux syndicats de buralistes (il fait donc la promotion du tabac de façon détournée). Ces buralistes vont aller répandre ces informations sur les chaînes de télévision, de radio, dans les journaux… Voici certains arguments qu’il fournit aux buralistes : l’Etat récupère 80% du prix d’un paquet de cigarettes en taxe (soit 15 milliards par an), les industries du tabac sont un exemple d’intégration sociale dans le monde du travail (parité hommes/femmes, diversités des salariés…), une demande croissante et très importantes (1 milliard 300 millions de fumeurs actuellement et selon toutes les études 2 milliards en 2050)….

 Financement dans les années 80-90 de recherches médicales sur le tabac:

  Financement de recherche médicale visant à montrer les effets positifs du tabac et à minimiser les effets négatifs. Pour l’appuyer dans leurs actions le lobby du tabac met en place de nombreux programmes de recherches visant à changer le visage de la nicotine, montrer les bienfaits du tabac… Ces recherches menées par de de grands scientifiques et même parfois des Prix Nobel ont une grande influence sur les pouvoirs publics. Prenons l’exemple de la recherche sur le tabac menée par le neurobiologiste français Jean-Pierre Changeux qui portait sur les effets stimulants de la nicotine. Il avait été engagé par CTR (Council for Tobacco Research) et par PMI (Philip Morris International). Le CTR a dépensé 282 millions de dollars en un peu plus de 40 ans pour soutenir 1000 chercheurs et les 6000 articles que ceux-ci ont fait paraître.

 Utilisation de lobbyistes et rencontres avec des politiciens:

Mise en place de lobbyistes dans les couloirs de l’Assemblée pour une intervention rapide lors de projets contre le tabac. En général les lobbyistes interviennent avant le début des séances à l’Assemblée pour influencer le choix des parlementaires de tous horizons politiques. Rencontre entre les membres du gouvernement ou des parlementaires et des membres du lobby pro-tabac pour négocier les lois anti-tabac. Par exemple, signature en 2011 par Valérie Pécresse et Pascal Montredon d’un traité d’avenir (aides pour l’activité de buralistes→crédit impôt pour moderniser les bureaux de tabac, primes de service public de proximité, aides au départ…). Argent que le tabac rapporte à l’Etat. En 2011, les taxes sur le tabac ont rapporté 13,8 milliards d’euros à l’Etat. Les industriels du tabac utilisent l’argument qu’en période de crise l’Etat ne peut pas se passer de 13,8 milliards de recettes (dette immense). Ils disent aussi qu’augmenter le prix du tabac c’est faire diminuer le pouvoir d’achat d’environ un quart de la population

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×